AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alec Galbraith
Admin
avatar

Messages : 114
Posts RP : 20
Date d'inscription : 24/09/2014
Age : 23

MessageSujet: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   Dim 2 Nov - 11:27

© blend - Tumblr


Alexander (Alec) Galbraith

La désillusion est l'hommage que la lucidité rend à l'imagination.

Comment vois-tu les autres groupes ?Que voulez-vous ? Tu sais pas vraiment ce que tu devrais en penser. T'en penses rien... Rien de mal, à vrai dire on t'a appris à craindre les dragons, à idolâtrer les lions à éviter les autres. Résultats des comptes. Tu crains effectivement les dragons, tu craches sur les lions, eux qui ont tourné le dos à un gamin pour protéger un monstre. Les loups t'impressionnent, pour les autres, tu les comprends finalement. Ils tentent tous de vivre, comme toi. Tout le monde se bats avec les armes qu'il a pour tenter de vivre.

Que penses-tu du système de classe ? C'est de la merde ? On a le droit de dire ça ? Tu sais pas alors tu te contentes généralement de le murmurer. ça te fais penser aux Castes en Inde. Pas le droit de se mélanger, pas le droit d'évoluer, pas le droit de changer se que l'on est. Juste le droit de fermer sa gueule. T'aimes pas le fait qu'on te mettes dans une case. Qu'on te juge pour ça, mais tu peux pas vraiment parler... Si tu étais resté chez les Lions, t'es pas sûr que tu aurais dis quoi que se soit. Non, tu aurais fermés ta gueule tout simplement et tu aurais profité de ta position.


Penses-tu que cette société est une bonne chose ? A vrai dire... Tu n'en sais rien, du tout. Tu sais pas si c'est bon ou mauvais. Si ça peut marcher ou pas. Tu te contentes de vivre dans cette société en fermant ta gueule. Pour autant, t'es pas spécialement pour. ça ne te gênerai pas tellement que ça si chacun y trouvait son compte. Pourtant, tu le vois clairement pour avoir fais parti des deux catégories. Y a les riches, ceux qui jouissent de plus de bien qu'il n'ont besoin, de tout les avantages et les autres qui n'ont aucun de ces avantages, qui ramassent les restes, les miettes qu'on veuille bien leur donner.




Carte d'identité:
Nom :
C'est sûr, on ne choisit pas son nom... ça fais longtemps que tu ne porterais plus celui-ci sinon. Galbraith, ça fais classe, ça fais mec qui puissant, qui prend tout pour argent comptant, qui domine les autres... ça fait ton père. C'est la seule chose que lui et toi aillez encore en communs. Tu le garde uniquement parce que ça le fais chier.

Prénoms :
Alexander Matthew, Joshua Galbraith. Ton nom au complet. Mais personne a part peut-être ta mère ne connait tes deux autres prénoms. Et on ne t'as plus appelé Alexander depuis une paire d'années. Seul ton entourage proche et quelques amis d'enfance pourraient éventuellement s'en souvenir. Mais dans ce cas là, ils représentent une partie de ta vie que tu as rayé de mon esprit.  


Surnom :
Alec est un surnom à l'origine, petit tu n'arrivais pas à prononcer ton prénom en entier et correctement. Pour te présenter, c'était donc "Alec", c'est restait au fil des années, seul ton père ne t'a jamais appelé comme ça. T'as finis par ne plus te présenter que comme ça, préférant Alec à Alexander, qui représentait pour toi, tout ce que tu détestes.


Date de naissance :
Il neigeait quand tu es né. C'est ce que ta mère t'a raconté. Une immense tempête de neige. La dernière en date paraît-il. Le vingt et un décembre mille neuf cents quatre-vingts treize.


Âge :
Bientôt la majorité partout sauf en Russie... Vingt et un an. C'est pas annonciateur d'espoirs ça ? La bonne blague...


Groupe :
Tu as fais parti des puissant, des majestueux, des lions. Un lion qu'on a muselé dès son plus jeune âge pour l'empêcher de rugir. Te voilà maintenant un oiseau à qui on a arraché les ailes pour l'empêcher de prendre son envole.


Statut  :
Tu pensais que l'amour c'était pour commencer, défendre quelqu'un corps et âme pour que jamais il ne lui arrive rien. Ni ta mère et ton père ne t'ont aimé alors. Ton père t'a blessé, ta mère l'a laissé faire. Alors finalement, non tu ne sais pas ce que s'est l'amour. Tu es seul, tu ne veux pas t'accrocher, t'es même plus sûr de savoir comment on fait. Pour toi, les sentiments c'est faux, du chiqué, de l'hypocrisie pur, une façon de s'approcher de quelqu'un pour mieux le faire tomber.


Orientation :
ça, c'est une question que tu ne te poses plus vraiment. Etant donné que tu ne veux t'attacher à personnes. Pour toi, t'as pas besoin de savoir ce que tu aimes. T'as eu l'impression toute ta vie d'être comme une pute. Alors tu te dis peu importe. Mais non t'es hétéro, tu peux pas être ce que ton père a fais de toi pendant des années... C'est impossible.


métiers/études :
Tu rêvais de faire des études littéraires. Passionné des livres, un vrai rats de bibliothèque. Tu te voyais déjà en lettres modernes ou un truc dans le genre. Mais c'est bien loin tout ça, t'as plus les moyens pour tout ça et compte pas sur tes parents pour s'en chargé. T'es obligé de te démerder maintenant. Alors t'enchaîne les boulots à la con, pour payer ces trucs à la con dont tu as malgré tout besoin pour vivre.


Personnage inventé/scénario:
Personnage inventé !


Avatar :
Ashton Irwin


Anecdotes & faits divers:


Attentif • Battant • Curieux •Discret •
Direct •Débrouillard •Fidèle •Franc •
Futé • Généreux • Honnête •Indépendant •
Malin •Impulsif •Introverti •Méfiant •
Perdu •Protecteur •Solitaire •Blagueur •
Moqueur •Intelligent •Doux •


T'as été heureux, il y a quelques années. Tu t'en souviens et tu te surprends à être nostalgique. A avoir cet affreux pincement au coeur qui te répugne. Tu as un chien, un vieux chien qui ne te quitte jamais, le seul cadeau que t'as fais ton père auquel tu tiens, Shadow. Qui a maintenant dix ans. Tu as beau lui en vouloir, la personne que tu aimes le plus, c'est ta mère. T'es un accroc de littérature, de livres, alors peut importe ce qui t'entoure, rien ne t'empêche de t'enfermer au milieu de livre pour oublier le merdier qu'est ta vie. Mais t'aimes pas pour autant les belles histoires, tu y crois pas, tu n'y crois plus. Pour toi la réalité c'est de voir les gens en chier et même si tu ne souhaites ça à personnes, ça te rassures de voir que tu n'es pas le seul. Tu veux t'en sortir dans la vie, autrement que grâce à tes parents. Tu veux aller te planter devant ton père et lui cracher à la gueule que t'as réussi sans lui. Alors tu recules devant rien. Les bons comme les mauvais plans. Tu étais un gamin sociable et agréable. En grandissant, t'es devenu froid, distant et solitaire. C'est pas que tu n'aimes pas les gens, c'est qu'ils te font peur, t'as plus confiance en personnes, aller peut-être une ou deux à la limite. Mais c'est tout. T'es pas méchant, mais tu peux devenir violent quand tu es entouré de trop de personnes et que les choses ne se passent pas comme tu aimerais. Pour toi, il faut généralement que tu puisses fuir rapidement, si se n'est pas le cas, tu paniques.



A propos de moi:

Alors on va faire court ! Donc mon pseudo, c'est Snow (parce que je suis née en pleine hiver, ouais je sais c'est con, mais on s'en fou ^^) Sinon, je m'appelle Chloé et j'ai 19 ans, bientôt 20 ! J'aime lire et écrire que se soit en RP ou autre... J'ai commencé le Rps à 12 ans et j'ai fais une très longue pause de quatre ans à peu près, j'ai repris il y a seulement quelques mois ! Je dis toujours que j'aime pas faire des pavés, mais ça finis généralement comme ça, parce que je suis la reine du blabla ! Bref, sinon j'aime la musique et les films ! J'aime énormément raconter des conneries et je suis une gaffeuse de première. J'ai été embarqué dans ce projet qu'est Holmesty et j'en suis ravie, parce que j'y crois dure comme fer et je trouve l'idée vraiment génial !

© _Viviie.




Dernière édition par Alec Galbraith le Dim 2 Nov - 15:47, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Galbraith
Admin
avatar

Messages : 114
Posts RP : 20
Date d'inscription : 24/09/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   Dim 2 Nov - 11:27

© blend - Tumblr


Il n'y a qu'une chose des comptes de fée qui soit réel...

Les monstres !

Tu sais ce qu'on dit des lions ? Ils ont tout, l'argent, le pouvoir. Ils sont puissants, ils ne manquent de rien. Ils n'ont rien à craindre, les jours semblent beaux pour eux. Ils n'ont pas à s'en faire. Ils ont de l'argent et toujours plus d'argents rentre dans leurs poches. Les autres sont jetés en pâture aux fauves, mais les fauves eux du haut de leur piédestal, n'ont peur de rien. Alors, quoi ? Un gosse qui naît dans cette classe, n'a qu'une option ? Se réjouir d'appartenir à cette classe. Il en va de soi. C'est sûrement ce que tes parents se sont dit quand tu es né. Qu'eux au moins, ils auraient le pouvoir de t'élever en toute sécurité et dans les meilleures conditions... Ouais, tu veux bien croire qu'ils y ont cru à leur connerie. Tu veux bien le croire, qu'un jour, ils le voulaient vraiment, te protéger et t'aimer comme tout gamin devrai l'être...


"A première vue, tout pour être heureux !"
Tu es donc né le vingt et un décembre mille neuf cents quatre-vingt-treize. Tu t'en souviens pas, évidemment, mais tu connais l'histoire de ta naissance par coeur, ta mère te l'a raconté des milliers de fois. C'était celle que tu préférais entendre quand tu n'arrivais pas à t'endormir. Donc ta mère, éditrice dans une maison d'édition, enceinte de neufs moi et mariée à ton père, directeur éditorial, depuis un peu plus d'un an, a accouché précisément neuf mois, jours pour jours après ta conception. Tu sais qu'une tempête de neige avait commencé le matin même et n'avait cessé de la journée. Tu sais aussi que tes parents ont eu beaucoup de mal pour se rendre jusqu'à l'hôpital, qu'ils ont passé des heures en voitures sous la neige et ont eu peur pour ta santé. Tu aimés entendre cette histoire, tu t'endormais toujours apaisé, enfant, tu avais vraiment l'impression d'être en sécurité quand tes parents se trouvaient près de toi.

Tu es donc finalement né en toute sécurité, à plus de vingt-trois heures, le jour de l'hiver et tu dois bien avouer que t'as toujours trouvés ça classe. Pour tes premières années, tu ne peux faire que des suppositions. Alors, tu supposes que tu as été heureux, que tes parents, les premières années de ta vie se sont vraiment bien occupé de toi, que tu n'as manqué de rien, exactement comme ils le voulaient, que tu étais un gosse souriant, qui apprenait vite, joueur et confiant avec le monde qui t'entourait. D'après ce que tu sais, c'était le cas. Tu riais tout le temps, tu étais un chapardeur, il t'arrivait de prendre pour cacher sous ton lit, ce qui amusait beaucoup ta mère. Ta mère, tu te souviens essentiellement d'elle d'ailleurs, tous tes souvenirs d'enfance, tournent autour d'elle. Elle était toujours là, elle a arrêté de travailler pour s'occuper de toi. Toujours souriante, douce et attentionnée, t'avais l'impression qu'à ses yeux, c'était un peu la meilleure chose au monde. Ton père lui, c'était un peu comme le rêve, ou un héros, quand tu y repenses, tu claquerais bien des baffes au gosse que tu étais... Il travaillait beaucoup, partait en voyage, mais rentrait toujours avec un grand sourire et des cadeaux pour toi. Son absence ne t'as jamais vraiment contrarié, tu aimais avoir ta mère pour toi tout seul, car quand ils étaient à deux, tu te sentais délaissé et puis son retour signifiait toujours une nouvelle peluche, un nouveau jouet et tu aimais ça. T'avais tout pour être heureux. Tu grandissais, entouré de ta mère qui semblait t'aimer plus que tout, tu ne manquais de rien, tu avais tout ce que tu voulais même, tu avais des copains, tu réussissais à l'école, tout allé pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Qu'est ce qui aurait pu venir noircir ce magnifique tableau ?


"Ne le dis pas à maman..."
Tu avais huit ans, presque neuf ans quand cette fameuse tâche est venue noircir le tableau. Ton père était de plus en plus absent, toi tu étais toujours seul avec ta mère. Ça te plaisait, mais tu voyais bien que ta mère commençait à devenir maussade, elle souriait toujours au possible devant toi, mais s'énervait de plus en plus facilement et peiné de plus en plus à cacher sa tristesse à voir ton père partir. Un soir de novembre, tu étais tranquillement en train de lire dans le grand canapé du salon de ta maison, ton père était là ce soir, enfermait dans sa chambre avec ta mère et tu as entendu des cris, d'abord de ta mère, puis les hurlements de ton père. T'as entendu du verre qui se brise, un bruit sourd. Tu as eu peur alors tu es monté jusqu'à leur chambre pour frapper à la porte de leur chambre. Et là tu l'as vu. Le méchant papa, pour la première fois. Fou de rage il a ouvert la porte, t'as hurlé dessus, te disant qu'il était mal d'écouter aux portes, t'en as collé une et t'as traîné jusqu'à ta chambre pour te jeter dans ton lit, ne se souciant guerre de quels membres de ton corps pourrait éventuellement toucher le meuble. T'as passé ta nuit à pleurer, tu avais peur, tu n'avais jamais vu ton père comme ça, ton père toujours souriant, près à te sauter dessus et une telle fureur dans ses yeux. Tu n'as pas dormi de la nuit et le lendemain, quand tu l'as vu encore chez vous, tu as paniqué, pourtant le gentil papa était revenu, souriant et te tendant ses bras pour que tu viennes t'y blottir. Ce matin-là, il t'a annoncé qu'il serait plus présent à la maison, qu'il comptait s'occuper de toi et de ta mère. Il s'attendait sûrement à ce que tu sois ravis, alors toi encore mort de trouille, tu as souri. Mais, tu étais loin d'être rassuré devant cette nouvelle.

Voilà, c'était choses faite, ton père était officiellement chez vous tous les soirs, le week-end. Il t'aidait à faire tes devoirs, te souriait, continuer à te faire des cadeaux, était tout ce qu'il y avait de plus gentil avec toi. Pourtant, tu n'étais pas rassuré. Tu n'aimais pas ses gestes envers toi, ses caresses, ses regards, ses mots. Tout te perturbés, tu n'arrivais plus à voir le regard plein d'amour que tu avais cru voir pendant des années, tu ne vois plus qu'un regard qui te glace le sang. Quelques jours avant ton anniversaire, ta mère t'as appris qu'elle recommençait à travailler. Tu sais que se n'été pas par manque d'argent, mais juste parce qu'elle aimait son travail. Alors, tu as été content pour elle, mais cela signifiait te retrouver seul avec ton père et cette idée te paralysé, sans que tu saches pourquoi.

Le jour de tes neuf ans. Une fête plein d'enfants, de rires, de gâteaux, de joie, de bonbons et en cadeau, le rêve de ta vie. Un chien ! Ton père t'avait acheté un chien, une petite boule de poil adorable de couleur caramel. Une petite merveille que tu as appelé Shadow, car il te rappelait le chien que tu avais vu dans un film de ton enfance. Ce jour-là, oui c'est ce jour-là que tu as eu l'impression de retrouver le gentil papa, avant de le perdre à jamais.

La soirée avancée, tu continuais de t'amuser, avec tes amis, autour de cette petite boule de poil maintenant tienne qui s'amusait avec une balle. Les adultes faisaient couler l'alcool à flot et ne s'occupaient même pas du nombre de cochonneries que vous avez pu avaler ce soir-là. Il commençait à se faire tard, tu commençais à fatiguer. Ton père est venu te voir, t'as attiré vers lui et entraîne jusqu'à ta chambre, tu as protesté, tu ne voulais pas dormir, tu voulais continuer de jouer et surtout tu voulais que ton chien vienne avec toi. Ton père s'est contenté de dire qu'il ne comptait pas te faire dormir... Tu n'as pas compris sur le coup, mais pas pour longtemps...Ton père, saoule et en sueur, t'as jeté sur le lit en te disant qu'il avait un autre cadeau pour toi. T'as pris peur, tu as cru qu'il comptait te frapper, finalement tu aurais préféré. Non à la place, il n'a plus rien ajouté, il t'as forcé à baisser ton pantalon et à juste fais glisser légèrement le sien.

Ce qui a suivit, tu ne le voulais pas et tu savais que ton père n'avait pas à te forcer de le faire. T'as pleuré, il t'a empêché de hurler, de bouger. T'es resté là, le dos à lui, les bras ballant, t'as attendu que ça se termine. Puis il t'a rhabillé et t'as forcé à retourner à ta petite fête en te disant ces mots « ne le dis pas à maman ». Tes copains n'ont pas compris ce qui t'arrivait quand tu t'es juste replié sur toi même, serrant fort ton chien contre toi. Ils n'ont pas compris quand tu les as repoussé. Personnes n'a rien compris.

Le lendemain, tu n'as pas suivit ses ordres, tu l'as dis à ta mère, pleurant et tremblant, tu lui as expliqué ce qu'il t'avait fais. Tu te serais sûrement abstenu si tu avais su ce qui allait se passer. Tu n'aurais rien dis au moins pour garder l'image que tu avais de ta mère. Tu as cru qu'elle allait l'empêcher de recommencer, te protéger. Non à la place, elle t'en a collé une, t'a puni et t'as interdit de redire de telles horreurs à qui que se soit. T'as pas compris que l'amour qu'elle avait pour ton père était inconditionnelle et bien plus fort que celui qu'elle avait pour toi.

Alors tu n'as rien dis, tu as fermé ta gueule, comme on te l'a demandé. Et ça a recommencé, pendant de nombreuses années. Plusieurs fois par semaine. Quand tu essayais de le repoussé, tu prenais des coups, il te frappait jusqu'à ce que ta mère ait peur qu'il te tue et ne lui dise d'arrêter. On te forçait à sourire, à faire semblant, pourtant tu te renfermais sur toi même. Tu évitais le monde entier. Tu commençais à éloigner tes amis de toi. Le seul que tu n'as jamais repoussé, c'est ton chien. Le seul cadeau que tu as acceptés de ton père.

"On ne peut pas descendre plus bas que l'enfer !"
Tu pensais que tu ne dirais jamais rien, qu'on ne t'en laisserais pas l'occasion. Alors tu as, comme qui dirait, appris à vivre avec, en priant de grandir vite pour pouvoir t'enfuir. Mais un jour tu t'es retrouvé à l'infirmerie de ton lycée. Trop faible pour supporter les coups de ton père cette fois-ci, tu t'es écroulé en pleins milieu de ta salle de classe et on t'a amené voir un docteur. Tes coups, t'as pas pu les dissimuler là, tu n'avais jamais rien dis à personnes, tu te cachais pour ne jamais avoir à te changer devant personnes. Mais là, tu n'as pas eut le choix. La tonne de questions que ce docteur t'as posé, ta fatigue te prenant, tu as craqué et tu lui as raconté tout ce que ton père te faisait subir, tout ce qu'il te faisait depuis 5 ans. Tu as tout dis. Tu pensais pouvoir faire confiance à un membre du corps médical. T'as juste oublié une chose. La réputation dans ce monde vaut plus que la santé d'un gamin.

C'est toi qu'on a accusé. Toi qu'on a accusé d'avoir cherché tout ce que ton père t'avais fais subir, toi qu'on a jugé, parce que « on ne fait pas ça à son père ! », t'as jamais entendu « comment on peut osé faire ça à son enfant ? » tu n'as jamais eut personne pour te soutenir et là encore plus. Tout le monde t'as laissé tombé, t'as chassé. Ton père lui ? On l'a plaint, beaucoup, d'avoir un fils tel que toi. Tu n'avais même pas quinze ans et tes parents ton chassé de chez toi. Ta mère t'as donné à peine de quoi survivre une semaine. T'as eut le droit de prendre quelques affaires, ton chien. Mais voilà, tu étais à la rue, aussi seul que tu l'as toujours été, abandonné par le peu de personne en qui tu avais confiance. C'est des inconnus qui t'ont tendu la main. Des gens qui ne savait rien de toi, qui t'ont permis de survivre. Tu n'as pas pu continuer l'école, t'as du te mettre à travailler pour espérer survivre par tes propres moyens. T'es seul, incroyablement seul, tu as perdu confiance en l'être humain, en particulier lorsqu'ils ont le pouvoir. Tu n'as plus que ton chien. Tu survies, t'as toujours l'espoir de t'en sortir un jour. Tu jures que tu le feras seul.


© _Viviie.



_________________

© belladone.

Les ailes coupées en pleins voles, tu t'éclates sur le sol !
On croît que les rêves, c’est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c’est que c’est fait pour être rêvé. Mais comment faire pour rêver quand toute ta vie on t'a empêché de le faire ?
Alec Galbraith


Dernière édition par Alec Galbraith le Dim 2 Nov - 18:52, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   Dim 2 Nov - 11:36

MON BEBEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE e____e   allez envoie moi plein de paté avec ta super fiche, j'ai trop hate d'lire , deja ce que tu m'en a dit hier sa ma donner super envie d'en savoir plus sur Alec   ha et juste comme ça ... ton choix d'avatar est une tuerie mais, avoue ! tu l'sais deja non ? 
Revenir en haut Aller en bas
Grady Tyler
Admin
avatar

Messages : 468
Posts RP : 11
Date d'inscription : 31/10/2014

MessageSujet: Re: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   Dim 2 Nov - 12:23

Aha Alec bon courage pour ta fiche et j'ai hâte de lireeee <3

_________________
La Gloire est née sans ailes.

Crédit avatar : RBP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Oswald
Admin
avatar

Messages : 131
Posts RP : 23
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : En chasse.

MessageSujet: Re: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   Dim 2 Nov - 12:54

Haaaaaaaan que j'aime ton titre!!
Hâte de voir ce que tu vas faire et avec un avatar pareil (Ash *bordel'tafauteScott*ça a interet a faire péter les autruches en ar-en-ciel et les faire chier des cookies!! /CLASSE/ Mais j'm'en fais pas pour ça je suis juste trop hystero et pressée d'lire ta fichette!

Calins & Cookies pour twa!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Galbraith
Admin
avatar

Messages : 114
Posts RP : 20
Date d'inscription : 24/09/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   Dim 2 Nov - 15:42

Merci mes bébés Pandas, vous êtes des anges !
Bébé, j'espère envoyer du pâté comme tu dis ! Et j'espère faire quelques choses de bien et que ça vous plaira un minimum !
Oui je le sais déjà que tu approuves mon choix d'avatar...
Et Blue exactement, la faute à Scott, et j'espère que ça va faire péter les autruches en arc-en-ciel, je fais tout pour ! Veux des cookies moi !!!

_________________

© belladone.

Les ailes coupées en pleins voles, tu t'éclates sur le sol !
On croît que les rêves, c’est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c’est que c’est fait pour être rêvé. Mais comment faire pour rêver quand toute ta vie on t'a empêché de le faire ?
Alec Galbraith
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grady Tyler
Admin
avatar

Messages : 468
Posts RP : 11
Date d'inscription : 31/10/2014

MessageSujet: Re: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   Dim 2 Nov - 18:48

Bienvenue !
Tu es validé !


Han là là, c'était beau, j'ai failli pleurer même, alors je te fais pleins de câlins pour te valider J'suis fan de ton style, on est obligés de rp là !!!

Tout d'abord bienvenue à toi, j'espère que tu survivras dans notre monde de fous !
En cas de souci, tu peux t'adresser à l'un des membres du staff, ils sont très gentils, et avec un peu de chance, Blue te préparera des cookies dont tu me donneras des nouvelles.

Tout dans ta fiche est parfait, alors maintenant que tu es validé, tu peux aller poster ta fiche de liens ici et ta fiche de rp . Tu peux également aller poster dans internet needs you si tu le souhaites.

Nous te souhaitons bon courage pour la suite dans l'aventure et à bientôt en rp je l'espère !

« Entrer dans l'aventure »
Code by AMIANTE

_________________
La Gloire est née sans ailes.

Crédit avatar : RBP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alec - On m'a coupé les ailes en pleins voles, pour que je m'éclate sur le sol !
» Une hirondelle à qui on a coupé les deux ailes.
» Merom Hellren, Ailes sanglantes
» Le temps de prendre ses ailes
» L'un a ses idées, l'autre ses ailes [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Refuge :: █ Mais t'es qui toi ? Qu'est ce que tu fais là ? █ :: # Il Etait Une Fois... Toi ! :: Fiches Validées-
Sauter vers: